10/12/2009

Structure du scénario et "champ/contre-champ"

Comme on l'a déjà dit brièvement, l'histoire racontée est découpée en trois chapitres additionnés d'un prologue et d'un épilogue. Les trois chapitres racontent la même histoire, mais de trois points de vue différents. Chaque chapitre est donc forcément incomplet, et il faut attendre la fin du troisième chapitre et l’épilogue pour comprendre l'histoire dans son entièreté.

Ce système de narration a une implication sur la présentation des personnages qui ne sont pas toujours ce que l'on croit, mais cela a aussi un impact sur la mise en page, vu que l’on utilise beaucoup le "champ/contre-champ".

Au niveau des personnages, ils se révèlent souvent plus complexes qu’à la première impression. Dit comme ça, ça paraît simple, mais en analysant le travail, on se rend  vite compte que ce type de narration est extrêmement compliqué. La mécanique doit fonctionner parfaitement. Il s'agit également de diriger le lecteur vers une interprétation de ce qu'il voit, de le manipuler et ensuite de lui donner une autre interprétation.

On pourrait même dire que, pour le scénariste, il s’agit d'écrire, non pas un scénario, mais plusieurs scénarios. En effet, l'histoire doit tenir debout avec les personnages perçus en première lecture, mais elle doit également fonctionner en deuxième et troisième lectures, les personnages pouvant montrer un profil opposé à ce qu'on croyait.

             Vu la difficulté de la structure de l’histoire, pour que le tout reste clair pour les lecteurs (mais aussi pour nous !), nous avons beaucoup utilisé la technique du « champ/contrechamp », aussi bien dans le scénario que dans le dessin pour donner des points de repère tout au long de l’album. On retrouve ainsi certaines scènes plusieurs fois, mais à chaque fois centrées sur un personnage différent selon le chapitre.

              Pour illustrer notre propos, voici l'exemple de la scène du parking. A gauche, la scène vue par Manu et Vito (p.38). A droite, la même scène, mais du point de vue de Eddy (p.75).


comp01


           Et pour terminer, la première case de la page 75 est le contrechamp de la dernière case de la page 38. La scène est bouclée.

Image 1



          Imaginez le travail de découpage du scénario pour que tout soit cohérent, mais aussi le travail de dessin qui nécessite de revenir voir ce qui a été fait avant pour rester toujours "raccord" d'un chapitre à l'autre. Oui, oui, la BD c'est compliqué quand on le veut!

          Comme pour toutes les techniques, on a essayé de ne pas abuser du "champ/contre-champ", pour que chaque chapitre aie aussi sa propre histoire et pour éviter de lasser le lecteur. Enfin, nous avons également réfléchi à la particularité de la lecture BD qui permet de toujours pouvoir revenir en arrière, contrairement au cinéma. Nous avons donc créé une connivence avec le lecteur, une sorte de jeu dans lequel il pourra essayer de décoder les attitudes des personnages tout au long de l'histoire, puis confronter ses interprétations aux révélations du chapitre suivant.

        Ceci dit, peut-être que toutes ces réflexions et cogitations ne se verront pas totalement, et on pourrait penser que c'est se chatouiller pour se faire rire, mais si nous n'avions pas procédé de la sorte, l'album ne serait pas du tout le même... Et on ne se serait pas autant amusés à le réaliser.

 

Georges & Benjamin

17:32 Écrit par Benjamin Fischer dans Textes | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

Scandaleux ! Monsieur Van Linthout!
J'ai la rage incompressible là ! C'est scandaleux la photo qui est sur le journal La Meuse de ce 15 décembre!Honteux de tromper les gens ainsi !
Bon, que vous soyez un génial dessinateur, c'est certain! Mais là où cela me "gonfle", c'est que vous êtes trop beau sur la photo ! On dirait un jeunot et cela m'irrite ! On devrait vous crever un oeil , vous êtes trop beau !
Plus sérieusement, je tenais à te féliciter , l' ami, et par ailleurs, je veux être un de tes Premiers clients ! Tu me peux déjà me donner tes cordonnées bancaire pour acheter ton bouquin ? Bonne Merde et Bonnes fêtes de fin d' Année à toi et les tiens !
Voici mes coordonnées :
tony.cavaleri@hotmail.com
Gsm: 0494 684 090
Contactes moi ?
PS: C'est une bonne cuvée ton livre : félicitation à ton scénariste qui doit être très laid, hein ? Because pas sa photo sur l'article !
Amicalement !
Tony Cavaleri

Écrit par : Tony Cavaleri | 16/12/2009

Les commentaires sont fermés.